La préparation cartographique sur le terrain.

Au stade de la préparation, le premier objectif de cette cartographie est de permettre une bonne organisation des opérations sur le terrain en mettant à la disposition des agents recenseurs, des contrôleurs, des chefs de zones, des documents cartographiques correspondant aux zones géographiques dont ils auraient la charge. Ces derniers devraient leur permettre de cerner avec précision le champ de leur enquête, le repérage sur le terrain, l’organisation et la planification de leur travail durant la courte période d’exécution du R.G.P.H.(15 jours). Après établissement des plans et croquis de la commune et de ses agglomérations, il s’agira de découper le territoire de la commune en petites zones géographiques de tailles convenables pour qu’un agents recenseur puisse l’enquêter entièrement sans oubli, ni duplication durant les quinze jours. La confection de ces unités doit répondre aux normes statistiques préalablement définies et à pour but la répartition du travail sur le territoire de chaque commune. Ces normes ont été arrêtées après le recensement pilote qui est justement destiné à tester les différentes étapes du R.G.P.H.
En général, un district situé en zone agglomérée aura une superficie beaucoup plus petite qu’un district situé en zone éparse où l’on tiendra compte des difficultés d’accès, des distances à parcourir, etc.
Lors de l’exécution du R.G.P.H, c’est à dire au stade de la collecte des données, les cartes établies pour chaque recenseur sont à un niveau de détail suffisant pour permettre une couverture complète de sa zone, sans omissions, ni double compte.
Le croquis de district doit être clair et complet afin d’aboutir à ce que toute construction, tout logement, toute personne soient recensés sans exception aucune. Il y aura prés de 50.000 agents recenseurs. Si chacun d’entre eux oublie seulement de recenser un ménage, cela revient au même que d’oublier de recenser une ville de Batna ou de Sétif.
Chaque recenseur disposera d’un cahier de district où sera reproduit le croquis de son district et la liste des constructions qu’il devra enquêter. Ces croquis comporteront également les itinéraires les plus opérationnels pour balayer complètement son district.
Les utilisations ultérieures de la cartographie du recensement.
Au stade de la présentation et de l’analyse des résultats, les cartes sont efficacement pour relier les données statistiques à la zone géographique à laquelle ces données se rapportent. Elles le sont aussi pour une meilleur compréhension des résultats par un grand nombre d’utilisateurs. Les cartes constituent un moyen de présentation plus agréable des informations statistiques et ajoutent une nouvelle dimension à la compréhension des résultats beaucoup plus intéressante que la publication de tableaux statistiques. La visualisation graphique de l’information statistique recueillie lors du R.G.P.H. est incontestablement d’une grande utilité pour les travaux d’aménagement du territoire.
Notons qu’au-delà des opérations du R.G.P.H, le découpage cartographique en district de recensement servira à de nombreuses utilisations ultérieures. Nous citerons en particulier : Etablissement de fichiers des lieux habités (Agglo. Hameaux…) Publications des résultats du recensement au niveau des districts en particulier dans les villes et permettre ainsi l’étude de l’armature urbaine, la hiérarchisation des villes selon des critères bien définis.
Enfin, signalons que la cartographie des districts constitue un outil pour la préparation des enquêtes par sondage.